Vacances 2009, step four: Everglades National Park

Publié le par Fly

Let's start avec un peu de culture pour changer, je passe le micro à M. Wiki.

Le parc national des Everglades contient le plus vaste milieu naturel subtropical des Etats-Unis, et englobe 25 % de la région marécageuse originelle des Everglades. Visité par environ un million de personnes par an, le parc a été déclaré réserve de biosphère en 1976, inscrit au Patrimoine mondial de l'UNESCO et classé zone humide d'importance internationale.

Contrairement à la plupart des autres parcs nationaux des États-Unis, le parc national des Everglades a plus été créé pour protéger un écosystème fragile que pour des raisons géographiques. 36 espèces considérées comme menacées vivent dans le parc, dont la panthère de Floride, le crocodile américain et le lamantin des Caraïbes. Plus de 350 espèces d'oiseaux, environ 300 espèces de poissons d'eau douce ou salée, 40 espèces de mammifères et 50 espèces de reptiles vivent dans le parc.

Il parle trop technique wiki, ce qu'il faut retenirr c'est que le parc est immense, est composé essentiellement de marais et que les betes qui y vivent sont entre autres les dauphins, les lamentins (ce sont des vaches avec des palmes, pour faire simple), les moustiques et surtout les krokrodiles !
Notre destination est proche de Naples, environ 40 miles. On roule donc vers Everglades City, une petite bourgade de maisons sur pilotis en pleine mangrove, un ecosystème particulier où les etendues d'eaux sont plus grandes et un peu plus profondes que dans le reste du parc; l'eau y est semi-salé, puisque lque l'on se situe à la rencontre des eaux de mer et des eaux de rivières.
Le ciel est couvert et la journée s'annonce pluvieuse, l'orage de la veille n'ayant pas dissipé les nuages. En arrivant au bureau d'informations on s'aperçoit qu'il y a une sortie en bateau toutes les deux heures et que la prochaine est dans 10 min. Pas sûr que l'on croise beaucoup d'animaux mais tant pis, on la tente! Et en effet, on a pas vu beaucoup d'animaux, quelques oiseaux, quelques touristes et c'est tout. Enfin presque... notre voyage a été sauvé quand le Ranger (le capitaine du bateau) a aperçu un aileron. Tout le monde a fait un bond et s'est tassé sur les bords de l'embarcation pour essayer d'apercevoir l'animal. Le pilote a poussé les gaz à fond, puis a tout coupé en arrivant sur la dernière zone où on l'a apercu. On patiente, plus rien. On repart a fond les ballons, je bricole mon appareil en esperant une nouvelle rencontre quand tout à coup je lève les yeux et dans une fraction de seconde je vois le dauphin faire un saut à coté du beateau, à 1 m de hauteur environ! On osait même pas esperer un truc pareil mais ca c'est produit! Pas le temps de prendre une photo evidemment mais je m'en fous, l'image est dans ma tête. Un peu plus tard, un second dauphin rejoind notre cortège, et les deux malins se feront un jeu (au sens "humain" du terme) de poursuivre le bateau et de surfer sur la vague créée par le sillage du bateau, nous ravissant de leurs exploits. Vous me croyez pas? Alors voilà les photos, puisque là, on a eu tout le loisir de mitrailler!

C'est ça la mangrove, une végétation particulière et beaucoup d'eau.

Le ciel couvert produisait un effet très étrange, il empechait de distinguer la ligne d'horizon, ce qui donne lieu à ce genre de photo, à la limite du mirage!

Le bon vieux Ranger, avec sa tronche burinée par le soleil aggressif et les batailles contre les crocodiles...


Le spectacle dont on a pu profiter pendant 10 à 15 min.



Hey, j'ai reussi à recuperer une video que Ludo a faite, enjoy !


Les dauphins finissent par nous abandonner et on rentre tranquillement au port. On reste ébahi par ces animaux - les seuls en dehors de l'homme - qui aient une veritable conscience des notions de plaisir et de jeu. C'est curieux mais ça a quelque chose de reconfortant je trouve, de savoir que la Nature sait aussi parfois s'amuser....

On remonte en voiture et on descends direction les Keys (l'archipel d'îles, ultime étape de notre périple). Sur la route, on observe sur notre droite un orage tandis que le vent souffle fort autour de nous. L'espace d'un instant on s'est cru dans le film Twister, pourchassant les tornades dans les plaines du Wyoming, surtout qu'on a le même genre de camion noir que celui des mechants (pour ceux qui se rappelent ce film):


Pour les Everglades, on n'a prévu qu'une seule journée, ce qui est evidemment trop court. Et quand cette journée est pluvieuse, ça fout en l'air notre planning. On voulait notamment visiter une ferme de crocodiles et faire un tour de air-boat, ces bateaux à fond plats mûs par une hélice d'avion, typiques des Everglades. On va quand même voir cette ferme, esperant une accalmie qui ne viendra jamais. On decide de faire quand même le parcours et voilà ce qu'on y a vu:

Les crocos, la plupart du temps, ca ne fait rien. Mais justement cette inactivité est flippante. Parce qu'on ne sait jamais quand ils vont bouger. On s'approche tranquillement, on les titille avec une branche, ils bougent pas jusqu'à ce qu'à un moment ils bondissent d'un coup en poussant une sorte de feulement de chat surprenant. Exemple:


Celui-ci s'est contenté du feulement de mise en garde.
On joue à où-ki-sont-les-crocrodiles?! :) Y en a au moins une dizaine sur cette image.



Le papy des croco de la ferme... et Gamin, dans son beau poncho à 1$. Heureusement il n'est pas seul à avoir l'air con:

Durex banane et Durex fraise !

Les fameux airboats, qu'on n'aura pas pu tester à cause de la météo... dommage, ca avait l'air d'envoyer de lourd!

Pour finir, la nurserie de la ferme. Differents enclos cote à cote avec dans chacun d'entre eux des dizaines de crocos de 1 mois, puis 6 mois, puis 1 an etc. On se rend compte que ca grandit pas vite les crocos. On se croierait  dans Jurassik Park (desolé encore une reference cinématographique), tous ces bébés raptors qui nous regardent fixement, c'est flippant !

Voilà pour les Everglades, la seule partie de nos vacances qui a un peu merdé, simplement à cause de la météo et de notre planning trop chargé. On pourrait retarder d'une journée notre periple pour rester une journée de plus ici et une journée de moins à Key West mais on a trop envie d'aller plonger sur la barrière de corail du golfe du Mexique.

Last step donc, Key West and the Keys...

To be continued...

Publié dans Sorties

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article